VISITE, Fleur Pellerin, Ministre déléguée aux PME

//VISITE, Fleur Pellerin, Ministre déléguée aux PME

VISITE, Fleur Pellerin, Ministre déléguée aux PME

« VOUS INCARNEZ LA FRANCE QUI GAGNE »

Nancy. Trois petites heures et puis s’en va… Le déplacement de Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises de l’innovation et de l’économie numérique en Meurthe-et-Moselle, hier en fin d’après-midi était millimétré. Cadencé au rythme des TGV. Bousculé par la tempête de neige qui s’est abattue sur Nancy au moment de son arrivée et des bouchons encore accrus par l’intempérie

.« Je reviendrai plus longuement », promettait-elle aux uns et aux autres. Escortée de tout un aréopage d’élus PS, dont son hôte, le député Dominique Potier, qui ne tarit pas d’éloges, « c’est un cerveau », celle qui représente « la jeunesse et le renouveau » du gouvernement était emmenée au pas de charge sur la zone industrielle de Messein, au sud de Nancy, à deux pas de Neuves-Maisons, ancien fief de la sidérurgie.
« Ce territoire qui incarnait la souffrance de la Lorraine, en est devenu l’espoir… », s’enthousiasmait le député.

Deux entreprises étaient au menu de la visite ministérielle. Cristal laser, fabrique de cristaux liquides et la société Elisath, spécialisée dans la billetterie et le contrôle d’accès informatique. « 700 collectivités apprécient déjà notre savoir-faire », explique Dominique Perrin la directrice financière de la société qui compte 18 années d’existence, une vingtaine de collaborateurs et une trentaine de sous-traitants dans toute la France. La dame fait le tour du propriétaire en l’absence du chef d’entreprise, Elisabeth Ferlet, en déplacement au Brésil, pour vendre ses technologies innovantes et d’équiper, qui sait, les installations du mondial de football et des Jeux Olympiques.

« Je vous souhaite bonne chance. Vous incarnez la France qui gagne ! », la félicite Fleur Pellerin au cours d’une liaison par Skype.
« Mon objectif est de faire d’Elisath le leader mondial de la monétique et du contrôle d’accès. A terme je veux aussi développer des dispositifs sociaux dans tous les pays où nous sommes installés, aider, pourquoi pas, les femmes à monter leur entreprise », reprend à distance Elisabeth Ferlet, dont la société est déjà présente au Benelux, au Gabon, en Suisse, en Scandinavie, à Singapour, en Albanie et bientôt en Russie… « C’est formidable d’avoir su mener son entreprise à l’international. Formidable aussi qu’une femme ait réussi dans un domaine a priori masculin », souffle avec un débit de mitraillette Madame le ministre.

L’entrepreneuriat au féminin lui tient à cœur, elle le répète un peu plus tard sur le site d’Artel à Nancy. Où justement, la CGPME 54 récompense ses lauréates, trois patronnes lorraines qui excellent dans leur domaine. « Je n’ai pas envie de faire de la politique ce soir ». Plus tôt dans l’après-midi, elle en a fait. Rappelant à plusieurs reprises le plan de compétitivité mis en place par le gouvernement. Elle l’a sans doute évoqué aussi lors de son échange avec les élus et les acteurs du monde économique de Meurthe-et-Moselle, mais la presse n’était pas conviée à ce rendez-vous. « Ceux-ci ne le souhaitaient pas », nous précisait la préfecture. « Faux, on ne nous a rien demandés », rétorquaient les intéressés. Une troisième source nous assurait que cette initiative venait du cabinet ministériel…

Valérie RICHARD

2016-06-26T08:08:23+00:00 0 commentaire